Travailler sur un livre, ce n’est que du stress ! 🙂 J’ai toujours dit après avoir finalisé le livre de Jean-Christophe (sur lequel on a travaillé 1 an) que je ne me lancerais plus dans un tel projet. Mon perfectionnisme me tue, les clients sont heureux comme tout et moi je m’arrache les cheveux parce qu’une seule erreur et c’est foutu. Et pourtant, ce livre a été une belle réussite.

J’ai cru vraiment mourir dès fois! Avec un budget de 10.000€ pour l’impression, ce qui est énorme pour un livre privé, il n’y a aucun doute : la responsabilité est énorme.

Alors j’ai trouvé d’autres solutions : je m’occupe seulement des couvertures ou je prépare des feuilles de style pour laisser mes clients libres de leurs choix, ça leur permet aussi d’être créatifs à leur façon.

Mais il faut être honnête, un livre dure, reste, vit avec son temps alors que tous les sites que je conçois sont éphémères, il existent quelques années puis disparaissent, évoluent avec les nouvelles technologies. J’ai quand même une préférence pour le web, j’ai plus de liberté et ça me rassure.

En tout cas, j’ai hâte de recevoir le livre!

Bouygues m’a interviewé pour parler de ma vie professionnelle d’un point de vue numérique. A quelle fréquence j’utilise internet, quelle est ma visibilité sur les réseaux sociaux et de quelle façon je gère la distance avec mes clients et collègues de travail…

Mon profil les a intéressé compte-tenu des projets collaboratifs que je mène entre la France et la République Tchèque, depuis 2014 à New-York et le Loir et Cher ! oui oui, ça y est, mon travail a traversé l’Atlantique et en plus, c’était un projet numérique super intéressant.
Prochaine étape professionnelle en septembre : concrétiser la création d’une entreprise textile avec mon associée caennaise Marie et passer un petit week-end à prague pour la présentation d’un livre-album photo de voyage de 160 pages dont j’ai été le « project and art editor ». Voilà les belles réalisations de cette première moitié d’année 2014.

Un peu de cynisme pour les graphistes web

Où en sommes-nous avec le graphisme web? Voici un exemple hilarant que j’ai vraiment voulu partager… Ils vendent des « Designs originaux et modernes »? Ha oui, voici une petite perle des années 80! Il existe des astuces : remettre à jour son site internet, ne lésinez donc pas sur le budget ! Il n’y a pas de petites économies pour promouvoir son savoir-faire et ses compétences sur internet. Une page web ratée, c’est perdre des clients et surtout perdre toute crédibilité.

Avis aux dentistes super POP : ils devraient bientôt fournir la boule à facette qui va avec le site internet!

 

Il me semble avoir vu pour la première fois son travail en Angleterre, en 2000 ? J’avais été frappée par son installation, visuelle et olfactive. Il réalise des oeuvres à base de matières naturelles: lait, riz, pollen ou cire d’abeille. La force du minimaliste dans toute sa splendeur. Un homme abeille d’une certaine façon, dont le travail est rythmé par les saisons. 

   article00

laib2

 

J’attends le 70ème annniversaire du débarquement en crayonnant …

 

parachutes_NoellePapay01

parachutes_NoellePapay02

parachutes_NoellePapay03

Direction la Gaité Lyrique pour voir l’exposition du graphiste de renom Stefan Sagmeister. Tous les graphistes doivent connaître son travail, surtout typographique réalisé avec des bouts de saucisses, des éléments naturels, tout ce que nous avons l’habitude de toucher et utiliser dans notre vie quotidienne. Il a aussi réalisé ce visuel pour Lou Reed :

aNI5MLGyb4ftafwiVyrsI5Us_500

Donc voilà une exposition que je voulais voir, qui m’a bien plu et j’y retournerai bien. Parce que c’était léger, participatif, drôle, étudié et fait main : une sorte de carnet de vie à la vue de tout le monde. Un concentré de ses notes, expériences, ses inspirations, obsessions et réflexions sur sa vie, la vie. Une rétrospective d’un mélange de vidéos, d’installations numériques, de textes, graphiques qu’il nous invite à partager, communiquer avec les autres. Il nous propose de réfléchir sur notre propre condition. Que sommes-nous ? Que faisons-nous sur cette terre ? Etes vous heureux ? Que vous faut-il pour être heureux et quels sacrifices et efforts êtes vous prêts à faire pour l’être ?

… et nous nominons Stefan Sagmeister, l’Indian Jones du graphisme dans « L’Aventurier du bonheur perdu » … (petite aparté)

Ces narrations ne font pas de lui un graphiste égocentrique mais plutôt nous invite à participer en appuyant sur des boutons qui nous donnent des cartes « actions », à déterminer quel est notre degrés de bonheur, en mangeant un chewing-gum, en dessinant un animal heureux.

IMG_20140219_152900

J’ai aussi été surprise de la partie représentant les résultats d’études sociologiques sous forme de graphiques. Il y aborde la notion de couple, d’amour-passion et amour-union, des effets du sida sur les couples homos et hétéros etc. des courbes qui surprennent dès fois, nous mettent face à une réalité en chiffe dont je me méfie aussi. Je me console avec ces phrases : « Avoir peu d’attentes est une bonne stratégie », « s’inquiéter ne résout rien », « il y a certaines choses qui améliorent mon bien-être » …

Oui j’ai souri plusieurs fois, oui j’ai parlé avec d’autres personnes qui visitaient l’exposition, oui j’ai dessiné un animal heureux, donc je pense avoir bien joué le jeu et je suis sortie de l’exposition contente, même s’il nous prévient que cette exposition ne nous rendra pas plus heureux et qu’elle ne débarrassera pas de nos angoisses … J’ai passé un bon moment tout de même.

IMG_20140218_175447

IMG_20140218_175339

IMG_20140218_175259

IMG_20140218_175228

– ahoj noëlle ?

– ahoj dita! ça va ?

– oui oui, ça va, please tell me we have hudge problem, we cannot go to Angoulême from Prague. If we won’t come, there will be nobody to build the exhibition and have a stand. Do you think you can make it ? It’s very important to be there I think.

– well well well, I have this job I have started … give me two days. I have to think if I will have time to go there for 5 days. I will get back to you.

Voilà. 11 jours avant l’ouverture du festival FOFF à Angoulême, je ne savais pas que j’allais traverser la France entière pour monter une exposition et tenir un stand pour Divus. Expérience de folie douce, deux étudiants Victor et Loris m’ont super bien aidé au montage, efficaces, doués et drôles. Victor et Sophie m’ont hébergé pendant tout le festival, j’ai fait de la collocation 3 soirs avec les éditions Matières. Les bénévoles ont cuisiné, nous ont servis à manger et à boire dans une belle ambiance. RIen de plus beau que de voir autant de jeunes qui font vivre un projet comme le FOFF depuis déjà 4 ans.

Mais c’est quoi le FOFF ? A part le fait que ce soit FOFFMIDABLE, c’est le festival underground et officieux du festival de la BD d’Angoulême. C’est ce que j’ai retenu, il y a trois niveaux, le FOFF c’est au -1 à la cave, cette bonne vieille cave, celle où on trouve toujours les meilleurs crus.

Le public peut entrer gratuitement, tous les soirs des concerts sont organisés avec de belles têtes d’affiche, des stands tenus par des français, mais aussi par des étrangers (espagnols, écossais, belges…) qui présentent leurs petites maisons d’éditions, leurs travaux sérigraphiés, fanzines, posters, etc … des micro-éditeurs pour la plupart. La fanzinothèque de Poitiers que j’aimerai visiter maintenant.

IMG_20140131_132654[1]

Depuis deux ans, ils occupent Le Moon, une ancienne discothèque, puis un club d’échangiste et je ne sais quelle autre surprise… Rez-de-Chaussée et première étage, le festival ne laisse pas un espace inoccupé, tout le monde tient sa parcelle ou la partage. Au rez-de-chaussé, un bar s’improvise le jour où je suis arrivée, une machine à laver débarque, une pompe à bière, des perceuses, balais, c’est la préparation des lieux pour le festival. Tout le monde met la main à la pâte, c’est l’effervescence! Et puis au second, c’est François qui prépare son exposition, il y a des plantes vertes partout (j’avais ramené ma plante de Normandie avec moi dans la voiture pour me faire de la compagnie), une salle de repos avec de la musique, une boule à facette comme j’aime, des coussins, matelas et plein de trucs chouettes que je n’aurai jamais eu l’occasion de tester mais j’ai occupé la salle video ! Hé ouai avec des projections tous les jours, en plus ce ça, on se souviendra des concours de OulaOups, une remise de prix sérigraphiée et d’un beau fuck d’or (que j’ai aussi raté) !

IMG_20140201_153235[1]

IMG_20140131_133122[1]

Pour résumer, j’ai passé un bon week-end prolongé, bien vendu les coffrets de Mike Diana, l’exposition a beaucoup plu, j’ai bien parlé du travail du Mad Meg, découvert de nombreux excellents projets d’édition, fait de chouettes échanges de livres, j’en parle à Divus dès que je retourne sur Prague et rencontré des personnes adorables et surprenantes.

Merci à toute l’équipe du FOFF, on reviendra, ça c’est sur !  http://www.foff.fr/

En plus j’ai revu Sabrina et rencontré JuHuyn, ça c’était bien cool aussi. ouai, c’est sur on reviendra avec d’autres nouveaux livres et j’espère des échanges franco-tchèque en cours

1544293_268463473303466_651200031_n

IMG_20140105_115822

IMG_20140105_115854

 

Clou en porcelaine.

Fabrication : White Fruits

Idée : Amande In et Noëlle Papay.

Lorsque je suis arrivée à Prague, je suis allée découvrir les innovations en matière de design tchèque au célèbre festival DesignBlok. La plus belle des découvertes restera les céramiques des WhiteFruits. Un duo avec lequel nous avons travaillé avec Amande In. Ils ont leur studio pas très loin de mon ancien chez moi, dans le quartier de Nusle à Prague. Ils nous ont ouvert leur atelier de fabrication et Gabriel nous a accompagné dans la conception de notre clou en porcelaine.

Ils reproduisent de vieilles assiettes des années 70 pour les enfants en manipulant les illustrations, jouent avec notre perception avec la coupelle maison, réinventent l’oignon, les tasses scandinaves. La bonne idée, c’est de présenter leurs productions dans des cagettes à la façon de fruits, d’envelopper les objets dans le même papier souple et délicat qui recouvre les clémentines. Dans tous les cas, je pense que depuis, ils ont surtout produit des pièces pour des artistes comme Josef Bolf et produisent les pièces en céramique de style cubiste sous le café Grand Orient dans le centre ville de Prague. Je n’ai malheureusement pas entendu parler de nouvelles productions.

http://whitefruits.cz/

stockholm-2006-2

loves-me-loves-me-not

cibulka-onion

domu-home

designblok-2007-briza

designblok-2007-bolito1

Incroyable ! Après la réception de la newsletter d’Avaaz il y a quelques mois, maintenant c’est AirFrance qui rectifie le mauvais tour de Gmail. Le changement qu’a effectué Gmail dernièrement en décidant d’intégrer 3 types de boîte de réception dans l’interface, met un sacré bordel dans le fonctionnement interne des entreprises. Oui maintenant qui n’utilise pas l’email marketing ? Grosse décision pour AirFrance, ils nous ont préparé une newsletter pour nous expliquer en détail comment passer de l’onglet Promotion à l’onglet Boîte de réception. Chutes des ventes en ligne, moins de connections sur le site ? Allez hop un email, on explique, on applique (ou pas) et on tente de tout remettre (à peu près) en place. Les ventes remonteront peut-être un peu. Je me demande bien pourquoi ils ne l’ont pas fait avant.

airfrance

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 7 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :